Beauté: Choisir son massothérapeute

-par Claire Morel-
Photo: Stuart Miles
Les fêtes arrivent à grand pas et malheureusement on s’oublie un peu dans toute cette frénésie ambiante. 

Aujourd’hui je vous propose de prendre un peu de votre temps, de faire une pause et de vous RELAXER. Comment? En allant se faire masser.

Avant tout, il faut bien établir de quoi vous avez besoin: un massage détente ou plus thérapeutique. En fonction de cela votre massothérapeute pourra vous guider dans votre choix. 

À Montréal on trouve plusieurs spas mais aussi des indépendants. Je n’ai pas vraiment de préférence car les tarifs sont presque similaires. J’en ai testé plusieurs, des biens et des beaucoup moins biens… 
Voici donc quelques petits conseils pour ne pas trop s’y perdre. 

Avant de prendre votre premier rendez-vous, assurez-vous que votre massothérapeute est membre d’une association mais surtout diplômé! Pour celles qui ont une assurance, vérifiez aussi qu’ils font des reçus. Ça paraît évident mais vous verrez que c’est vraiment indispensable (ça sent l’anecdote croustillante je ne vous le cache pas). 

Photo: photostock
Au premier rendez-vous, votre massothérapeute vous posera des questions bien précises, il ne faut pas hésiter à en faire de même. Par exemple on doit vous demander quelles zones vous souhaitez travailler, quelle pression vous souhaitez qu’on exerce (plus ou moins forte), si vous êtes enceinte mesdames, si vous souffrez d’allergies et autres problèmes cardiaques, digestifs, etc. Bref, un VRAI questionnaire de santé. S’il/elle ne le fait pas, c’est un peu louche. Une relation de confiance doit s’installer, c’est avec votre corps que l’on va jouer… donc on ne plaisante pas avec ça. 

Photo: Healingdream
Une fois installée bien confortablement sur la table, le massage peut commencer. C’est durant ces premiers moments qu'on peut ajuster la pression et autre petits inconforts avec le massothérapeute. Par contre, n’oublions pas que c’est un moment de détente. Ça veut dire, pas de musique boom boom, pas de jasette (on n’est pas chez le coiffeur !), pas de lumière flashy. Votre massothérapeute doit s’assurer que vous êtes bien. 

Enfin, un massage doit faire du bien. J’insiste la dessus, car j’ai eu une TRÈS mauvaise expérience (on en reparle plus bas). Si ça ne va pas, on le dit. 
Enfin, quand toutes les bonnes conditions sont réunies, y’a plus qu’à se laisser aller. On respire bien profondément et on fait le vide. Un vrai bonheur. 
A la fin du massage on prend le temps de se réveiller, on se lève doucement et enfin on s’hydrate à fond. Normalement après ça, on se sent hyper zen. 
Pour finir, voici quelques adresses que j’ai testées: 

√ Unwind Montréal: Massothérapeute indépendante, Bandana Sharma est très à l’écoute et prend le temps de bien cerner vos besoins. Ses horaires sont flexibles et les tarifs très accessibles aussi.
Chaque massage est une expérience unique et j’en suis à chaque fois ressortie plus détendue que jamais. J’en ai testé plusieurs dont celui avec les pierres chaudes que je recommande d’essayer au moins une fois dans sa vie ! 
Pour plus d’infos : http://www.unwindmontreal.com/


√ Espace Nomade: Situé sur le boulevard Saint Laurent (au nord de l’avenue Mont-Royal) et recommandé par Bandana lorsqu’elle n’était pas disponible. Accueil chaleureux, ambiance zen et staff très à l’écoute. Petit bonus, on vous sert un thé assez exceptionnel en sortant de votre séance, un vrai délice. 

Leur site est plein d’infos pratiques : http://www.espacenomad.ca


Spa Mont-Royal: Je leur adresse la palme du pire service à la clientèle. Ma massothérapeute habituelle étant en vacances, j’avais booké un massage chez eux car le spa se trouvait proche du bureau. Des fois vaut mieux éviter le "pratique"! La massothérapeute ne m’a pas écoutée, n’a pas fait de questionnaire préalable, et cerise sur le gâteau: j’ai eu droit à un massage suédois hyper speed (ou comme je l’appelle: labourage de dos). Résultat: je suis sortie de là cassée en deux, avec un torticolis et une inflammation carabinés. 
J’ai rappelé le lendemain voyant que mon état empirait et demandé un remboursement auprès du gérant. Celui-ci m’a reçue en tête à tête enfermée dans son bureau, a tenté de m’intimider, m’a confrontée et a refusé de me rembourser. 
Voyant que je n’obtiendrai rien d’eux, j’ai contacté l’association des massothérapeutes du Québec dont ils étaient membre. J’ai fini par avoir gain de cause, mais je paie encore les frais de cet affreux massage.
Pour plus d’infos (not): http://www.spamontroyal.com/

La morale de l’histoire, et je cite mon médecin de famille : « Quand ça va pas, on descend de la table de massage et on part en courant ! ». 
- Claire-
Photo: Elise Lecomte
MUA: Hélène Rocray




3 commentaires:

  1. J'ai tellement de mal à être décontractée sur une table de massage ...
    Ça se travaille ou c'est une cause perdue ? ;)

    (Plus sérieusement j'aimerais vraiment améliorer ça!)

    RépondreSupprimer
  2. Anne-Lise, ça doit venir de ton masso, si tu es pas en confiance, tu seras tendue.... essaie ceux que j'ai recommandés, sont très à lécoute

    RépondreSupprimer
  3. Je suis allée me faire masser avec mon copain a l'Espace Nomad et certain parrrrfait, j'avais l'impression de flotter sur un nuage après mon massage!

    RépondreSupprimer

N'oubliez pas de signer vos commentaires ;-)