Sorties : Blue Light Burlesque

 -par Mlle Max-

Lumières tamisées, les chuchotements qui s’étirent ; les mains qui se cherchent. 

Le satin se froisse ; les plumes s’agitent. La musique se met en marche, et soudain, une silhouette cambrée apparaît par le trou d’une serrure géante. Aguicheuse à souhait, il n’en prend pas plus pour que le public s’enflamme à la vue de ses mouvements suggestifs. 
La soirée s’annonce chaude! Vous ne pourrez pas faire autrement que de vous laissez séduire, car je vous propose une petite incursion dans le Montréal coquin. 

Willkommen, Bienvenue au Blue Light Burlesque !

Montréal a longtemps été réputée pour son ouverture au vice, notamment encouragée par la prohibition qui sévissait aux Etats-Unis, jusqu’en 1933. La ville a eu son Red Light District, à l’époque situé entre les rues Bleury et St-Denis et de la rue Sherbrooke jusqu’au Vieux Montréal. Ce n’est qu’au milieu des années 1940 que les clubs d’effeuilleuses et les cabarets jugés trop osés ont dû fermer leurs portes. 

Depuis quelques années on observe un regain d’intérêt pour un type de divertissement bien apprécié des Québécois: le strip-tease burlesque. Savant mélange de théâtre, d’humour et d’érotisme, l’effeuillage burlesque a longtemps rendu hommage au corps de la femme avec style et glamour. Bien que le temps du Red Light et de la prohibition soit loin derrière, il subsiste quelques acteurs des arts de la scène qui tiennent la culture érotique bien en vie. Et parmi eux, on trouve la sexy troupe du Blue Light Burlesque.

Mlle Oui Oui Encore !
Menée, depuis 2004, par la voluptueuse Mlle Oui Oui Encore!, le cabaret érotico-rétro-chic du Blue Light Burlesque présente ses spectacles au Café Campus (qui se transforme pour l’occasion en hôtel du désir et du plaisir).
La troupe assoit sa notoriété sur la célébration de la féminité et de la séduction dans les règles de l’art et le respect des artistes. Plumettes, jupettes, corsets, vêtements frivoles et les corps scintillant, préparez-vous à revivre les plus folles années de Montréal!

On joue avec les stéréotypes pin-up pour des mises en scène grivoises de numéros desquels émanent finesse, charme et douceur. J’ai eu la chance de voir une strip-teaseuse enceinte! À la fin de son numéro, elle ressemblait à la Vénus de Milo. Je ne m’attendais pas du tout à ce genre de présence sur scène, et c’est bien la preuve que le Blue Light Burlesque loue la beauté et la sensualité féminine sous toutes ses formes.

Pierre DuRein
Le spectacle ne serait toutefois pas complètement réussi sans la présence scénique du maître de cérémonie, Pierre DuRein et de ses coquettes.
Très attachant, il établit dès le début du spectacle une complicité avec le public. Aussi agile en français qu’en anglais, son humour s’allie à merveille à l’élégance qui domine l’ensemble de la représentation.

Quant aux Babettes, chargées de ramasser les vêtements éparpillés sur la scène, elles prennent bien soin de notre côté voyeur, et nous exposent leurs fesses chaque fois qu’elles se penchent. Inutile de vous dire que, toutes les fois, les Wouhou! fusent de partout! L’audience est composée de personnes de tous âges, de beaucoup de couples et en majorité de femmes.


En plus de French Kiss, Mlle Miah et Madame Rouge à lèvres, la troupe accueille des artistes internationaux de passage à Montréal; l’occasion de faire de plaisantes découvertes à chaque spectacle.

Les artistes sont polyvalents et les numéros variés. On peut apprécier au Blue Light un numéro d’effeuillage solo classique, une comédie slapstick en duo ou encore des performances de chanteuses de cabaret connues pour charmer les foules.
Loin d’être un spectacle où la nudité prend toute la place, ces soirées proposent une initiation à la culture érotique montréalaise dans les plus pures traditions des cabarets vaudevilles.

Que vous souhaitiez pimenter votre vie de couple, assouvir votre envie de sexyness ou êtes tout simplement curieux, le Blue Light Burlesque vous invite à son cabaret érotique où imagination et plaisir se rencontre pour le plaisir des yeux.

-Mlle Max-



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'oubliez pas de signer vos commentaires ;-)